Laure Danglade voit le jour en 1965. Le paysage pyrénéen est son jardin d’enfant où elle maltraite ses poupées, joue aux pistolets. L’alphabet exerce une attraction précoce, elle apprend à lire seule. La faculté lui ouvre les portes de l’Histoire et de la Géographie. Là viennent le goût de la méthode, l’entraînement à la patience. Mais, à la vérité historique, elle préfère les possibilités du vraisemblable, la littérature l’a rattrapée. Paris l’accueille, où remplir de nombreux brouillons. 2002-2008, le poète Paul-Jean Toulet est l’argument de quelques pages publiées confidentiellement.

Parce que la vie est un risque est son premier roman, paru le 10 février 2012