Mémoires d'un appelé d'Algérie

Préface

 

 

Il aura fallu trente-sept ans à la France pour requalifier des faits jusque-là définis comme des "événements". Néanmoins, si la France a reconnu la guerre, seuls ont été reconnus officiellement les actes individuels commis par les militaires. Le caractère organisé de la répression des Algériens, notamment la torture infligée par les militaires au nom de l'Etat français, n'a, quant à lui, jamais été reconnu.

 

Le témoignage de René Malet relève du devoir de mémoire, non d'une prise de position idéologique ou de toute analyse géopolitique. L'auteur nous plonge au cœur de cette "mission de pacification" pour nous mettre crument face à ce que la guerre a de plus abject lorsqu’il devient impossible de savoir pourquoi nous la faisons. Plus nous nous acheminons vers la voie du dialogue et la pacification, plus il est certain que le massacre est proche.

 

Des guerres de religion à l’Inquisition, des procès en sorcellerie aux pogroms, de l’holocauste au sionisme, du Rwanda à l’ex-Yougoslavie, du Vietnam à la guerre en Irak, du traité de Versailles à l’Afghanistan d’aujourd’hui, combien faudra-t-il encore sacrifier de vies humaines pour que cesse la violence dont notre Histoire est entachée d'un sang indélébile. 

 

 

                                                                             Fabrice Berthet, directeur éditorial

 

Accueil Auteurs Catalogue Où trouver nos livres Evénements Liens partenaires Contacts Plan du site