Les passerelles célestes
Marie Gisèle Nkom

 

Isbn : 978-2-918406-16-7

Mars 2011 - 342 pages - 20€

 

Egalement en vente

Amazon

Fnac

Autres points de vente

 

 

Au crépuscule de sa vie, Ndali, une métisse dont les origines mystérieuses ont longtemps alimenté les chroniques de sa contrée, doit transmettre son héritage spirituel à sa descendance. En leur livrant l'histoire de sa vie teintée de rejet et de doutes, la doyenne leur dévoile son rôle de combattante dans une dimension occulte afin de maintenir les équilibres qui régissent l'Univers.

Un voyage au cœur des croyances ancestrales d’un peuple ancré dans l'absolue nécessité de préserver son identité culturelle et une mise en lumière de la place de la femme camerounaise dans les sociétés patriarcales de 1890 à nos jours.

Des profondeurs de l'inconscient, explorant le mysticisme qui préexiste à toute société, jusqu'aux réalités de la diaspora, un récit envoûtant, fidèle à la tradition orale africaine.

 

 

RECENSION PRESSE

Dossier de presse

Marie-Gisèle NKOM, femme vaudaise, écrivain (par Mo, 12/3/11) : [...]  Son roman est une jungle, une forêt équatoriale, où se tracent de 1890 à nos jours, des sentiers aussitôt effacés... où naissent des sources intarissables. C’est vert, c’est noir, c’est lumineux et angoissant, troublant en tout cas. Africain, engagé, féministe, mythologique, spirituel, surnaturel... [...] Entre griots et littérature contemporaine, Marie-Gisèle Nkom a cherche une place grâce à ses thèmes personnels : le rôle des femmes, la transmission, la peur de l’autre, l’exclusion, la recherche de l’équilibre dans le chaos... Sujets universels en France, dans le monde et dans un petit village aux fins fonds de la brousse. Marie-Gisèle NKOM est riche d’un double regard, perçant jusqu’à l’os : celui de l’Afrique sur l’Occident et de l’Afrique sur elle-même. Dans Les Passerelles célestes, il est aussi question d’héritage, celui qui se lègue de femme à femme au-delà des générations, des époques et des continents... lire la suite

Vaulx-en-Velin Jounal : Marie-Gisèle Nkom, parole de femme (par Rochdi Chaabnia, 16/3/11)

LE PROGRES (Monique Desgouttes, 18/3/11) -Plutôt qu'un roman-fleuve, ce livre est un "roman-forêt" : 100 % africain, 200 % féministe... Lire l'article

TRIBUNE 2 L'ARTISTE : Marie Gisèle Nkom présente "Les passerelles célestes"

Partage Lecture

On pourrait qualifier ce roman d’africain, tant il est imprégné de croyances populaires camerounaises et des implications, qui en découlent dans la vie quotidienne. C’est à ce voyage, que nous invite l’auteure, qui se propose donc de retracer, sur 5 générations, cette patiente et nécessaire transmission, qui fait de la femme, rabaissée au rang de compagne de l’Homme, l’axe central de cette culture. La spiritualité – on pourrait parler de mythologie voire même dans certains cas de chamanisme – explique cette importance absolue, qui nous entraine aussi en France, nous démontrant bien, si il en était besoin, que le destin n’existe que par la naissance, et donc les femmes. La prédestination semble s’imposer tout le long de son récit, qui reste néanmoins, si on prend le temps de s’y arrêter, balayé par l’espoir et la volonté… L’écriture, qui à certains passages peut dérouter voire déranger, laisse le lecteur imaginer les non – dits , et l’imagination s’emballe. Je suis donc tombé sous le charme de cette histoire de femmes, ou cette histoire de famille – difficile de qualifier ce roman tant il est atypique – (Eric, 22/3/11)

[...] un véritable partage, un véritable conte original sur fond de grandes notions humanistes sans voyeurisme. Sans hésiter, je continue mon parcours avec les éditions Kyklos. (Takac, 25/3/11)

Ce roman aborde de multiples thèmes, mais plus particulièrement la place de la femme dans la société camerounaise (et la société en général), les rapports complexes entre mères et filles, la peur des différences, la transmission familiale... On ne peut que se sentir concerné par ces thèmes...
L'auteur a une très belle écriture, fluide, très agréable à lire. L'histoire de ces femmes sacrifiées par leur destin et par les hommes est triste et émouvante, les personnages sont très attachants.
Un très bon moment de lecture ! (Yaki, 28/3/11)

Un nouvel OVNI littéraire pour cette maison d'édition, qui décidément, les enchaîne pour mon plus grand plaisir. Ce récit mi réel - mi fantastique nous entraîne de plein pied dans les récits des conteurs africains, ces griots ayant toujours des histoires fortement symboliques et métaphoriques, frottés à la réalité occidentale et particulièrement à celle de notre société française.
Ensemble de visions sans fard sur le racisme, la peur de l'autre qu'il soit noir ou blanc, dans les turpitudes de l'histoire de l'Afrique et plus particulièrement du Cameroun où les européens colonialistes (allemand et français) vont être souvent à l'origine de la malédiction de cette génération de femmes au destin tragique...
[...] Critique directe politique et sociétale des pays africains, reprenant à leur compte les mauvaises habitudes des ceux qui les ont colonisés (despotisme, clientélisme, affairisme, égoïsme) et toujours à cheval entre traditions ancestrales et volonté de modernisme. Passionnante lecture si l'on abandonne notre traditionnel rationalisme cartésien et que l'on se laisse porter par la puissance des contes des griots africains et la poésie de l'écriture de Marie Gisèle Nkom. (Loubhi 49)

Un monde imaginaire

Le roman de Marie Gisèle Nkom est tout simplement magnifique et, si comme moi, vous avez la chance de tenir ce livre entre vos mains, vous passerez un moment de littérature intense. […] une lecture qui marquera la lectrice que je suis, à jamais. (Ellcrys, 19/3/11)

C’est le livre d’une femme pour les femmes, c’est un livre beau et triste à la fois, c’est un livre qui n’a pas laissé la femme (féministe) que je suis, indifférente. C’est un livre exceptionnel. Ce roman est mon coup de cœur de 2011. (Théonas81, 17/3/11)

Accueil Politique éditoriale
Auteurs
Où trouver nos livres Evénements Liens partenaires Contacts
Plan du site