Mémoires d'un appelé d'Algérie
1959/1961
 

René Malet




Isbn  978-2-918406-01-3

Mars 2009 - 200 pages - 17

Egalement en vente

Amazon.fr

Fnac.com

Autres points de vente

Recension Presse

Dix mois de caserne en métropole, suivis de dix-huit mois de campagne militaire en « mission de pacification ». Du séjour à la caserne d'Evreux à l’Algérie, d’Aïn-el-Amra à une  série d'opérations effectuées dans le Djudjura, de Bouberak à Mizrana, des gorges de la Chiffa à Palestro, les événements relatés dans cet ouvrage sont rigoureusement authentiques. 

Des faits qui relèvent du devoir de mémoire...

"Jeune, beau, amoureux de surcroît, musicien, vingt ans et la vie devant. Pour la musique, il devra attendre. Né en France, sa patrie l'appelle sous les drapeaux. Vingt ans et la vie devant certes, mais pour René Malet, comme pour tous les autres, devant signifiera l'Algérie, la "sale guerre", la "guerre sans nom" ou encore, selon les points de vue et les époques, guerre d'indépendance algérienne, guerre de libération nationale, révolution algérienne... " Lire la suite

 

 

 

 

Le blog de Sharon(15 avril 2010)

En abordant la lecture de ce livre, je ne me suis pas posé la question « vais-je aimer ce livre ? » mais plutôt « que va m’apprendre l’auteur sur sa guerre d’Algérie ? » Si je ne devais retenir qu’un chapitre, ce serait « Ali Madani » : il concentre à lui seul les abominations de cette «mission de pacification» et la rage bouillonnante de l’auteur, impuissant face à ce qu’il a vu. Bien que tout au long du livre, René Malet constate l’absurdité des situations auxquelles il est confronté, à commencer par son recrutement, alors qu’il est myope et se trouve donc « exempté de tir au fusil », il laisse la place à des moments particulièrement lumineux. En effet, au-delà des atrocités de la guerre, il rend hommage à tous les amis qu’il s’est fait durant cette période, racontant ce qu’ils lui ont apporté au cours de cette période de sa vie, mettant en valeur les qualités de chacun, ou, pour réunir toutes ses qualités en deux mots, leur solidarité et leur humanité. Il est question d’héroïsme aussi, celui qui fait qu’un commandant est auprès de ses hommes lors d’une opération délicate, ou qu’un caporal ne laisse jamais un de ses hommes derrière lui.
Deux styles se côtoient. Un style soutenu, où le « je » cède la place à un «nous» collectif, les phrases ont le sérieux et la rigueur d’un compte-rendu d’opérations militaires. Bref, un style que le lecteur s’attend à trouver lorsqu’il lit des mémoires. Puis, à côté de ce style sérieux et soigné, prend place un style familier, gouailleur, quand René évoque ses mésaventures, sa vie quotidienne dans les casernes ou en Algérie. J’ai eu l’impression de lire des notes, prises sur le vif. J’ai eu aussi le sentiment d’écouter plus que de lire des mémoires, car les marques d’oralité sont nombreuses. Autre preuve de cette proximité que René Malet crée avec son lecteur : il s’adresse directement à lui dès les premières pages, ce qui renforce l’impact du texte.


Accueil Politique éditoriale
Auteurs
Où trouver nos livres Evénements Liens partenaires Contacts
Plan du site